Saint-Frédéric officiellement jumelée à Mareuil !

Cet article est le quatrième et dernier tome d’une merveilleuse aventure vécue par quatorze Frédéricois en août dernier. C’est aussi le point culminant de ce voyage entrepris dans le but de la signature de l’acte de jumelage avec Mareuil sur Belle dans le Périgord en France.  Après un voyage les ayant fait découvrir Paris, Bergerac et Casseneuil, le moment était venu de rendre visite à nos jumeaux.

En arrivant à Mareuil, ce qui ne peut laisser personne indifférent, c’est l’affiche indiquant « Mareuil sur Belle, ville jumelée avec Saint-Frédéric, Québec, Canada ». Les Frédéricois n’ont pas manqué l’occasion de prendre quelques photos devant cette fierté!

Ayant déjà tissé des liens en octobre 2012, lors de la venue de Mareuillais à Saint-Frédéric, les échanges étaient déjà faciles et cordiaux.  L’accueil s’est d’abord manifesté par un piquenique très sympathique chez le président du comité du jumelage, M. Richard Pi. Son épouse Françoise, très douée pour la cuisine, avait concocté un repas extraordinaire permettant aux invités des échanges des plus conviviaux.

Le deuxième jour a permis la visite de la grotte préhistorique de Villars http://grotte-villars.com.  Ses galeries et de salles s’étendant sur plus de 13 kilomètres et plusieurs niveaux. On y observe de nombreuses peintures préhistoriques dissimulées sous la calcite.

C’est sous des températures oscillant entre 35 et 40 degrés Celsius que la visite s’est poursuivie par un piquenique au site historique de l’église de St-Jean de Côle, un des plus beaux villages de France. C’est dans cette église qu’est conservée une relique de St-Jean-Baptiste, saint patron du Québec.

Une visite libre de la ville de Brantôme a permis de découvrir une l’abbaye construite à flanc de montagne et une ville ressemblant étrangement à Venise puisqu’elle est arrosée par les rivières Dronne et Côle.

 Le château de Bourdeilles a été la destination suivante.   Il faut avouer que la chaleur accablante n’a en rien facilité l’ascension du donjon haut de 34 m. Cependant, la visite du château richement meublé vallait le coup.  http://perigord-dronne-belle.fr/fr/chateau-de-bourdeilles-PCUAQU024FS00012/

Le troisième jour de la visite à Mareuil a débuté par des explications entourant la récolte de la truffe. Ce champignon rare est très recherché. Il pousse dans le sol, ce qui nécessite tout un art pour le découvrir sans briser son environnement. L’insecte permettant d’identifier le lieu exact d’où pousse le champignon ainsi que le brûlé qu’occasionne sa pousse, la façon de conduire la dernière truie truffière de France et la protection de cette denrée si recherchée n’ont plus de secrets pour les Beaucerons.

L’église de St-Pardoux  qui a été entièrement restaurée a été le lieu choisi pour un un BBQ en plein air. Celui-ci a été l’occasion de déguster la fameuse truffe en entrée, avec un rosé bien sûr. Après la visite de l’église et des sarcophages, on a pu entrer dans les cluseaux (un abri caverne taillé dans une paroi rocheuse). 

Tout près de l’église de St-Pardoux, les visiteurs ont eu la chance de découvrir le château privé de Hellmut Wempe, joaillier allemand. www.wempe.com

Cette journée bien remplie ne pouvait se terminer sans une réunion du conseil municipal de Mareuil à laquelle les Frédéricois ont assisté. C’est avec étonnement que les gens de St-Frédéric ont découvert le large éventail de responsabilités que les municipalités françaises ont. En effet, tout comme au Québec, on y est responsable des taxes, de l’approvisionnement en eau potable, de la gestion des déchets et de la sécurité, mais, en plus là-bas, on discute d’éducation, de transport scolaire, de santé, de la maison de retraite, etc.

Après cette assemblée, une fête hors du commun attendait le groupe. C’est à ce moment que de généreux présents ont été remis. Après un discours des plus enflammés du président du comité du jumelage, M. Martin Nadeau, l’acte de jumelage fut signé. Le maire, M. Henri Gagné a reçu la clé de Mareuil ainsi que la médaille de la ville. Toute la population de Mareuil avait été invitée à accueillir les Frédéricois. Un repas festif a été partagé et accompagné d’un spectacle de danse traditionnelle française. Au son de la musique, la soirée s’est poursuivie dans la danse et la gaité. (photo à la une de l’article)

Encore sous l’effervescence de la fête de la veille, les Frédéricois ont visité Vesunna qui est une ville gallo-romaine bien connue. Sa prospérité est illustrée dans le site/musée par des collections regroupées par des historiens et archéologues locaux : blocs d’architecture, sculptures, stèles funéraires… Des maquettes de la ville et des principaux monuments attestent l’importance de l’ancienne Cité.   Après un bon repas, une visite à la Cathédrale Saint-Front à Périgueux était au programme. Cette église, comme d’autres visitées au cours du voyage, fait partie du chemin de St-Jacques de compostelle.

Juste avant le départ des Frédéricois pour un retour vers Paris, le maire de Mareuil, M. Alain Ouiste, a tenu à ouvrir quelques bouteilles de champagne afin de sceller cette amitié.

Ici donc, nous concluons cette série d’articles.  Au delà de ces lignes, la richesse du voyage est restée impreignée dans le coeur de chacun des participants.  Les amitiés initiées ne sont que l’aube des échanges pouvant avoir lieu dans un proche avenir.  La possibilité de correspondance entre les écoles, d’échanges d’étudiants, de visites touristiques et bien plus encore.  À nous de faire fleurir ce qui a été semmé.

Commentaires

  1. Éric Jacques dit:

    Merci pour cette série d’articles, c’était très intéressant et très bien écrit.

  2. Bravo pour votre article, je viens de mettre le lien sur notre site, merci, tout est dit, et les photos sont belles. Je n’étais pas là et l’ai sincèrement bien regretté.

  3. SOLAS jean francois dit:

    Quel merveilleux souvenirs de votre visite chers jumeaux Québécois et si bien racontés

Votre opinion

*